2 tagged articles célibataire

Goukinou² 18/07/2003

 
Goukinou²
Rien ne sert d'envier & copier la vie des autres, éclatez-vous dans la votre !
Goukinou²

On pécho ke sur Le NET maintenant ou Kwa ? Les meufs c'est comme les big mac c'est jamais comme sur la photo 16/08/2004

On pécho ke sur Le NET maintenant ou Kwa ? Les meufs c'est comme les big mac c'est jamais comme sur la photo
Pécho sur le Net ! 
On pécho ke sur Le NET maintenant ou Kwa ? Les meufs c'est comme les big mac c'est jamais comme sur la photo

Plus qu'un phénomène de mode ou la fon dont les moches aussi ont droit à l'amour. Draguer sur le net, les Chat, MSN et autres Forums est LA véritable fon de révolutionner le monde des rencontres....

 
Qui n'a pas de PC aujourd'hui ? ou qui n'a jamais essayé de draguer sur le NET ? C'est le meilleur moyen de rencontrer des obsédés, des filles coincées, des dragueurs(es), des plans cul en trio, des allumo/nympho/ados, des gens qui n'ont rien à voir avec leur photo ni ce qu'ils ont raconter précédemment derrière l'écran... d'avoir le choix de lectionner par race, par milieu social, par couleur de cheveux ou par age, et enfin ça permet d'avoir 3 à 6 rdv dans la même journée.
 
Le peu de fois ou j'ai connu des personnes avec ce procédé ça a toujours été pathétique, inutile, n'ayant même plus de vie sociale à part draguer sur le net 24h sur 24.... La rencontre facile n'a jamais fait la qualité alors je laisse ce mode de jeu aux morts de faim, aux moches, aux pressés de vivre, aux timides, aux coincées, aux filles incapables d'etre fidèle ou seule, à celles qui ont peur des boîtes de nuit, aux minotes gérontophiles abruties par la télé, aux pédophiles, et à tous ceux qui ont réellement l'espoir d'y rencontrer la personne idéale....

si vous voulez délirer, jetez un coup d'oeil au service rencontre de skyrock, Misscara, Meetic, Match.com, meetcrunch, loveinside, kijiji, Netclub, unerencontre.com, badoo, adopteunmec.com, FaceBook, OVS, weemove, easyflirt... fou-rires garanties, l'image des femmes en prend un coup. 


Un mot sur FesseboucFACEBOOK f
FaceBook s'immisce entre les partenaires d'une relation amoureuse, révèle une nouvelle étude de l'Université de Guelph, en Ontario. Le site de réseautage social suscite la jalousie et altère le romantisme puisqu'il donne accès à des informations sur son partenaire qu'on ne pourrait pas avoir autrement. L'enquête, réalisée par deux étudiantes au doctorat, Amy Muise et Emily Christofides, a été menée auprès de 1000 étudiants universitaires qui utilisaient Facebook. La moitié d'entre eux étaient engagés dans des relations amoureuses sérieuses. L'étude révèle qu'environ 85% des répondants avaient sur leur liste d'amis des anciennes conquêtes amoureuses. Quant à leurs partenaires actuels, 92% d'entre eux comptaient d'anciennes flammes sur leur liste. Les participants à l'enquête devaient répondre à des questions visant à évaluer le degré de jalousie dans le contexte spécifique du site Internet. En plus de confirmer qu'un lien existait entre la jalousie et l'utilisation du réseau social virtuel, les chercheurs ont découvert que plus une personne passait de temps sur le site, plus celle-ci devenait méfiante à l'égard de son partenaire.

Les participants ont également admis qu'ils utilisaient Facebook afin de voir avec qui leur douce moitié avait communiqué. Selon le professeur en psychologique qui a supervisé l'étude, Serge Desmarais, autrefois, les personnes engagées dans des relations amoureuses ou sexuelles ne voyaient pas, pour la plupart, leurs échanges sociaux quotidiens scrutés à la lettre par leur partenaire. C'est une nouvelle réalité pour certain d'entre eux des aspects de leur vie qui étaient autrefois privés sont désormais au vu et au su de tous.
On pécho ke sur Le NET maintenant ou Kwa ? Les meufs c'est comme les big mac c'est jamais comme sur la photo
Voici les phrases pour reconnaître une moche sur le internet :
1/Vaux mieux etre
seule que mal accompagné
2/ Jamai
s je ne changerai pour un mec
3/ Le
plus important ce n'est pas l'extérieur mais l'intérieur
4/ Les mecs
c'est tous des cons
5/ j'préfère
cette robe en noire ...
6/ J'aime p
as les boites de nuit ou j'peux pas sortir ce soir
7/ mon mec n'est pas parfait mais au moins j'en ai un !
8/ non ! j'ai
me pas Le sport
9
/ j'l'ai quitté parce qu' il était trop beau, j'étais trop possessive
10/ plus qu'une h
eure dans la salle de bain et j'suis prête.
11/ j'm
e réserve pour l'homme idéal.
12/ j
'peux pas aller lui parler il va me jeter.
13/ t'as
pas un copain à me présenter ?
14/
C'est génial Facebook !! ou "on s'est rencontré sur le Net"
15/ ben
là ça va faire 8 ans qu'on est ensemble
16/ mon mec
habite à Lille et moi Marseille, snif !
17/ ça y es
t on a réussi à faire l'amour !!!
1
8/ J'me sent pas pour une relation en ce moment...
19/ j'sais pas pourquoi j'arrive pas à rester avec un mec plus de 2 semaines...grrr !
20/ il veut pas de moi, il doit etre homo.
21/ j'don
nerai ma vie pour lui.
22/ bien sur
que l'amitié homme/femme existe !!
23/ Franchement
j'étais trop bien avec Bruno (en parlant de son ex)
24/ Oui c'est vr
ai on sort pas officiellement ensemble mais je l'aime.
25/ 'c'est com
pliqué, 'enfin j'me comprends, tu peux pas comprendre.
26/ Je vais su
r FACE BOOK pour retrouver de vieux amis ou des exs.
27/ J'adore les
boites de Salsa et les boites de Zouk
28/ quand j'so
rtais avec Yannick j'étais déjà à fond sur jérome son pote, ben ça y est on est ensemble.
29/ Ne me qui
tte pas s'il te plait.
30/ oui ça m
'arrive de dire ces phrases, c'est vrai... mais moa j'suis pas moche.

Gouki Présente Le Traducteur d'internet :
La quarantaine : 48, 49 ans
Aime l'aventure : A eu plus de partenaires que vous n'en aurez jamais
Sportive : Pas de poitrine, gros cul musclé
Sourire contagieux : Niaise, aimant aussi les mort de faim
Belle : Menteuse pathologique égocentrique
Recherche la beauté intérieure avant tout : très Laide
Très stable émotionnellement : Bourrée de calmants et d'antidépresseurs depuis sa rupture avec son ex
Douce : Pénible, chieuse bipolaire et pleurnicharde
Aime la nature :Deux chiens, deux chats, un hamster, un lapin...
Proche de la nature : Ne s'épile ni les aisselles, ni les jambes, ni la chatte, pas de déo non plus
Catholique pratiquante : Lumière éteinte, missionnaire, 1 fois par mois
Passionnée : Gueularde, scyzo
Poète à ses heures : Dépressive profonde, émo-ghotic ou bisexuelle
Féministe : Obèse et occasionnellement lesbienne
Esprit libre : Droguée ou pratiquant les Gang bang entre amis
Esprit ouvert : Désespérée (+de 25 ans le compteur tourne)
Amitié d'abord : Pas de sexe avant un an (tant mieux)
Blonde : Tous les autres poils sont noirs
Romantique : Moins laide à la lumière d'une bougie et en boite
Voluptueuse : Grosse
Bien dans sa peau : Très grosse
Quelques rondeurs : Obèse
Jeune de coeur : Un pied dans la tombe
Veuve : Quatre enfants à nourrir 
 
Les femmes souvent engagées dans deux relations en même temps
Selon une étude réalisée auprès de 2.000 personnes, 25% des femmes sont romantiquement engagées avec plus d'une personne au même moment. Seuls 15% des hommes sont dans la même situation. Les personnes qui ont une situation financières aisée sont les plus susceptibles d'avoir deux relations en même temps.
Pour les hommes, il s'agit généralement d'une quête de luxure. Les femmes ont une vision plus complexe de la situation. Leurs sentiments sont généralement peu clairs. Un p'tit plan à 3, avec ça ?

Les rencontres en ligne rendent superficiel et exigeant
Les rencontres en ligne s'apparentent au shopping : sélectif et superficiel.Les chercheurs de l'université de Rochester à New York ont constaté un changement dans les rencontres en ligne. Si chercher un partenaire par écrans interposés peut aider à sortir de la solitude, cela peut aussi rendre les célibataires plus sélectifs et superficiels. Les chercheurs comparent ça à une "mentalité de shopping".

On surfe de profils en profils. On regarde avant tout les photos et les points en commun. "Un célibataire peut consulter si vite les profils que cela peut lui suggérer que 'la prochaine personne' aura tout ce qu'elle recherche sur sa liste. Où voulez-vous vous arrêter?", demande le Dr Pam Spurr au Huffington Post. "Cela signifie potentiellement que vous radiez des gens très compatibles. Malheureusement, la réalité est que vous ne rencontrerez sans doute pas un homme grand avec un bon revenu, bon au lit et qui est gentil avec la famille. Mais vous pourriez rencontrer quelqu'un qui vous plaît si vous arrêtiez avec votre genre idéal et la liste de ce qu'il doit avoir..."

Sophia Davis, life coach, est tout à fait d'accord. Elle explique au Huffington Post : "Les rencontres en ligne ont créé une mentalité de shopping et j'admets que nous faisons des jugements sur les relations possibles en fonction des intérêts de l'autre personne et de son physique." Elle continue : "Ce serait bénéfique pour nous si on était plus ouvert d'esprit." 

10 choses que Facebook a changé dans Votre vie
10 ans, cela paraît irréel, mais le réseau social fête bel et bien ses dix bougies. Dix années que Facebook s'est lentement et sûrement immiscé dans votre vie, vos réflexes. Petit aperçu de ce qui a changé avec Facebook depuis sa création.
 
1. T'es sur Facebook? Voilà une question que l'on ne pose même plus. Si "avant", faire partie du réseau social était singulier, puis "tendance", c'est aujourd'hui une évidence. On ne dit plus "es-tu sur Facebook?" mais "je te rajouterai sur Facebook!". Le cas échéant, on s'étonne - on s'extasie - avec un "Quoi? T'es PAS sur Facebook?". Aujourd'hui, même Mamy, notre patron et notre médecin traitant font partie de nos amis Facebook. Celui qui n'en est pas fait décidément partie des résistants des temps modernes. Puis, quand on se voit, on le harcèle pour qu'il s'inscrive.
 

2. Depuis Facebook, on a la vague impression d'avoir plein d'amis et d'avoir toujours quelqu'un à qui parler. Et même si on sait bien que ces mêmes amis se fichent de notre sort comme de l'an quarante, ils ont l'amabilité de nous souhaiter laconiquement un "Joyeux anniv, biz" voire un "HB" (lisez happy birthday, oui l'ami Facebook est un être pressé qui n'a pas le temps d'écrire deux mots dans leur intégralité). Cela donne l'impression qu'on pense à nous, et c'est chouette. On ne reçoit plus beaucoup d'appels ou de sms. Ni de carte postale. Ça, c'est dommage. Puis, quand on se voit, on se dit que le radin en face de nous n'a même daigné nous souhaiter notre anniversaire comme il se doit. Depuis Facebook, l'indifférence est aussi grande, mais moins visible. On a l'impression d'avoir banni la solitude.
 
3. Depuis Facebook, notre vie amoureuse s'officialise sur et par Facebook. Avant, on se demandait si le ou la petite amie allait officialiser la relation lors d'un événement public. Là on attend qu'il se mette "en couple" avec nous sur Facebook. "Le" signe que c'est du sérieux. Dans le même ordre d'idée, depuis Facebook, on apprend les méandres des relations de nos amis par les fluctuations de leur statut et plus grâce aux ragots de vive voix. Certains exhibitionnistes s'essaient même à un "C'est compliqué" qui permet, au moins, d'éviter le sujet quand on se voit. En soi, cela évite d'avoir à annoncer la nouvelle. Mais quand notre super ami(e) nous apprend par un statut "Fiancé(e)" qu'elle se marie, on se demande si les relations humaines signifient encore quelque chose pour quelqu'un...
 
4. Depuis Facebook, on en sait plus long sur les activités de tout le monde. On sait que la maman de Popo est la plus heureuse du monde parce que le petit a fait pipi sur le petit pot, on sait que Emilie est vraiment une féministe enquiquineuse avec ses pétitions clichés, on sait que Kazou passe sa vie sur la messagerie instantanée (ah déconnecté il y a 6 minutes, un record), que Nabilla est au niveau 319 de Candy Crush (et qu'elle ne fiche donc rien au boulot) et que Yohan a changé de boulot. Que Jerem', Mika et Loic ont trop bu hier. Qu'Ilal part en vacances après-demain (le décompte a commencé à J-120). Que Kamilia a décidément beaucoup de centres d'intérêt. Quand on se voit, c'est simple, on sait déjà tout de la vie de l'autre. Depuis Facebook, on a compris comment raconter les aléas du quotidien, s'en amuser et être "écouté".
 
5. Depuis Facebook, on "J'aime", on "like", on "commente". À tort et à travers. Mika se casse deux côtes au ski. Et les gens "aiment". La logique de la communication a changé: si autrui aime que le sort s'acharne sur son prochain, c'est par compassion. On commente aussi énormément. Parfois, on vexe, parfois on fait montre de tout son humour. Et on se fait donc de nouveaux amis. Un peu comme dans la vraie vie. Puis quand on se voit, on commente les commentaires et les répliques cultes. Parfois, on réalise qu'en chair et en os, ce nouvel ami Facebook est nettement moins sympathique que sur le réseau social. Depuis Facebook, les gens ne déçoivent pas moins.
 
6. Depuis Facebook, on sait aussi que l'orthographe n'est pas une priorité pour tous. Ni pour les administrateurs des pages de soutien diverses et variées, ni pour nos fameux amis. Puis quand on se voit, on se dit que l'ami Facebook est un analphabète.
 
7. Depuis Facebook, on a fait une croix sur toute forme d'intimité et par la même occasion sur toute forme de mensonge d'agrément. On n'osera plus inventer qu'on travaille aux amis qu'on n'a plus envie de voir vendredi soir car le risque d'être pris au piège par un "tag" (identification sur photo) dans une autre soirée est trop grand. De la même façon, on vérifie fébrilement régulièrement que personne n'a posté de nous une photo peu flatteuse, toujours d'un très mauvais effet sur notre page. Depuis Facebook, on craint chaque jour que notre patron nous rajoute comme ami.
 
8. Depuis Facebook, on a la chance de pouvoir retrouver un être aimé, un vieil ami et de repenser avec nostalgie à de bons moments. Mais depuis Facebook, on est aussi dans la quasi impossibilité d'oublier un ex-partenaire. Si ce n'est pas lui qui se rappelle à notre bon souvenir régulièrement par un sournois "like" ou commentaire, c'est la tentation de scruter ses soirées, ses photos, ses vacances, ses nouvelles relations, de vérifier quand et ou il se connecte qui nous guette. Bref, de le traquer et de ne pas réussir à se détacher, comme "avant", de ce qu'il vit par manque de nouvelles. Avec Facebook, la jalousie a trouvé le meilleur des carburants.
 
9. Depuis Facebook, on monte tout en épingle. On ne se contente plus de s'étonner ou de découvrir un fait, on le partage, on le met en valeur, on veut s'indigner ensemble. On signe plus de pétitions que jamais, on participe à la mondialisation des informations ou des vidéos choquantes. "J'aime" dire que tabasser les chats, c'est mal. On dénonce, parfois à tort. On croit, aussi parfois à tort, qu'on changera les choses. En tout cas, depuis Facebook, on a tous compris que l'on peut porter à la connaissance du monde entier un fait boulversant. Depuis Facebook, on ne prend plus forcément le temps de la réflexion, du recul, mais on a la toute-puissance d'être toujours lu, entendu par quelqu'un si ce n'est par tous. On partage comme on respire. Il y en a que ça rassure, il y en a que ça inquiète.
 
10. Depuis Facebook, mais surtout depuis l'essort des smartphones, on vit connecté, parfois jour et nuit. Comme si on avait plus de répit, plus le droit de disparaître de la circulation plus de quelques heures, plus le droit de ne pas savoir. Actualités, vie de nos amis, événement marquants: plus rien ne peut nous échapper. Depuis Facebook, on vit dans l'immédiateté et dans la valorisation de la moindre mini info personnelle. Mais on en redemande. Depuis Facebook, on a compris que sur internet, ce qu'on croit être un effet de mode peut (au moins) durer dix ans...
 
 
Le 4 février 2004 Mark Zuckerberg lançait Facebook en chiffres :
1,23 milliard d'utilisateurs, dont 556 millions chaque jour et 945 millions depuis un mobile
Un utilisateur passe en moyenne 8 heures par mois sur le site.
19 milliards de dollars c'est la fortune de Mark Zuckerberg, âgé de 29 ans
7 872 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour Facebook en 2013
Rihanna est la star la plus populaire avec  85 millions de fans sur sa page officielle
Le réseau social s'est offert Instagram pour 715 millions de dollars
2017 serait l'année pendant laquelle Facebook pourrait disparaitre selon deux étudiants en doctorat de l'université  américaine de Princeton.
Vos 10 dernières années sur Facebook en une vidéo personnalisée à voir en cliquant ici

On pécho ke sur Le NET maintenant ou Kwa ? Les meufs c'est comme les big mac c'est jamais comme sur la photo
5 raisons pour lesquelles nous devrions tous quitter Facebook

En 2004, Marc Zuckerberg lançait Facebook, une plateforme inédite qui vous permettait tant de renouer avec vos amis du lycée que d'afficher les photos de vos dernières vacances. Devenu une addiction pour les uns, une drogue douce pour les autres, le numéro un des réseaux sociaux présenterait un certain nombre d'inconvénients. Avec une moyenne d'1,55 milliards d'utilisateur actifs par mois, Facebook peut se targuer d'être devenu le réseau social le plus populaire au monde devant Tencent QZone et Instagram. Utilisé tant par les fans de selfies aux moues aguicheuses que par les acteurs du monde digital, Facebook est un véritable phénomène social. Plusieurs études tendent cependant à nous prouver que nous devrions, au bout du "compte", nous désinscrire.

Une perte de temps
D'après une enquête menée par le Time en juin 2014, un internaute consacrerait 17 minutes de son temps quotidien à son profil Facebook, ce qui représenterait 40 journées entières sur une période de 10 années. Les plus assidus atteindraient, quant à eux, une moyenne de 150 jours. Si vous ne trouviez plus le temps de partir en vacances, désormais, seul un clic suffira pour vous supprimer votre compte et pour vous envoler vers une destination lointaine.

Mauvais pour la santé
Deux chercheurs italiens laissent entendre que chez les adolescents, une utilisation fréquente des réseaux sociaux inhiberait la libération des hormones de croissance. Chez un sujet adulte, le numéro un des réseaux sociaux dégraderait votre vision, nuirait à votre digestion, votre sommeil, votre bonheur, tuerait votre créativité et formaliserait vos raisonnements. Info ou intox? Force est de constater les dégâts que les réseaux sociaux peuvent déjà causer sur votre humeur ou votre vie privée.
 
Des comptes privés à des fins commerciales
En 2012, Facebook aurait mené, à l'insu de ses membres, une enquête sur 689 000 comptes privés afin de déterminer si oui ou non, des modifications sur leur page d'accueil agiraient sur leur comportement. Il a été révélé plus tard qu'en réalité, ce sondage n'avait servi qu'à chiffrer les bénéfices réels des "likes" du géant américain. Sheryl Sandberg, le COO (Chief Operating Officer) de Facebook de l'époque, justifia ce procédé par le fait que "Facebook ne souhaitaient tout simplement pas déranger ses internautes."

De la publicité en masse
Sans doute vous êtes vous déjà lancé à la recherche d'un restaurant, d'un bar ou d'un  musée depuis votre compte. Contrairement à la majorité des sites commerciaux, Facebook ne vous demandera pas de valider l'utilisation des cookies. En revanche, il ne manquera pas de vous rappeler régulièrement de vous rendre dans cet établissement. En bon soldat, il diffusera, sans votre autorisation, des annonces commerciales sur votre compte.

Trop ou... pas assez d'amis"
D'après plusieurs statistiques, un adulte aurait en moyenne 338 amis sur Facebook et ne fréquenterait régulièrement que 10% d'entre eux. Facebook inciterait par conséquent ses utilisateurs à développer des amitiés virtuelles et superficielles au détriment de sorties ou de rencontres.

Convaincus ? Les novices en la matière se contenteront d'une déconnexion de 24 heures, en tentant "La Journée Internationale Sans Facebook" du 28 février. Son objectif ? Sensibiliser les gens à la cyberdépendance et rappeler à Facebook qu'il ne serait rien sans ses clients. Seul et unique pari lancé: tiendrez-­vous le coup ?

Les questions qu'il faut poser lors d'un premier rendez-vous


Comment savoir si votre match Tinder peut devenir votre âme s½ur? Comment s'assurer qu'un premier date peut mener à une belle histoire? Il suffirait selon les experts de poser quelques bonnes questions.
Pour connaitre les meilleures questions d'un premier rendez-vous, le magazine Marie Claire a interrogé une psychologue experte en relations, Monica O'Neal.

S'il n'existe bien entendu pas de questionnaire "type", certaines questions peuvent néanmoins guider ceux qui souhaitent une relation sérieuse. Une manière de tester les désirs de l'autre mais aussi de voir si la personne en face de vous vous correspond, intellectuellement et émotionnellement. 

"Qu'est ce qui t'a donné envie de sortir avec moi"
Qu'il s'agisse d'un match Tinder, d'un ami de longue date ou d'un petit coup de foudre, savoir pourquoi la personne a eu envie de vous emmener boire un verre est crucial. "La profondeur ou la sensibilité de la réponse peut vous donner de bonnes informations sur qui elle est (...) Si on vous dit: 'Ben t'es jolie ou t'as des gros seins', il est possible que ce soit vrai. Ce serait même impoli si la personne dit qu'elle ne vous trouve pas attirante, mais cela peut aussi indiquer qu'elle ne souhaite pas aller au-delà de vos qualités physiques", explique la psychologue.

"As-tu déjà été amoureux? En général, pour quel genre de personnes éprouves-tu des sentiments?"
Monica O'Neal conseille de poser cette question mais surtout de prendre le temps d'écouter la réponse de l'autre personne. C'est pour l'autre une manière de se confier et d'exprimer ce qu'elle veut. "Quand elle se tait, regardez la personne dans les yeux et demandez-lui : 'Suis-je ce genre de personne?' C'est un moment en général très fort". Une bonne manière d'apprendre à connaitre l'autre mais aussi de déceler ses intentions à notre égard.

"Parle-moi de tes histoires d'amour"
Pour la psychologue, cette question est en général à poser au 3e rendez-vous. La petite astuce de la pro? Une rupture est rarement "d'un commun accord". Une bonne manière de savoir si la personne en face de vous est tout à fait honnête ou pas encore prête à vous faire confiance.

"En général, que te reprochaient tes précédentes relations?"
Cette question ne se pose évidemment pas au premier rendez-vous mais plus tard, lorsque l'on sent qu'il se passe quelque chose dans la relation. Soyez évidemment prêt à ce que l'on vous pose la question en retour mais faites attention à ce que vous dites également. "Vous devez vous rendre vulnérable uniquement si l'autre personne vous a prouvé que vous pouvez aborder des choses profondes avec elle", conseille Monica O'Neal. 

Tags : célibataire - internet - facebook - mort de faim - les femmes - articles - escort BOY - drague - rencontre - Facebook

Célibataire à Vie ! 14/06/2005

Célibataire à Vie !

Gros Coup de Gueule Encore sur Les Marseillaises
On va encore me dire que je généralise Mais il y'a bien un soucis avec les filles du sud....

- les Lolitas Fashions
- les Allume
uses
- les vénale
s qui trouveront toujours un pigeon à plumer
- Les
dépressives chroniques
- Les domina
trices maniaques de l'autorité
- l
es gérontophiles qu'adorent les vieux pour 1000 et 1 raison
- les col
lectionneuses toujours infidèles
- les boudins qui carburent aux Beaux Gosses
- cell
es qui choisissent leur mecs par rapport à la race ou à sa marque de Fringues...
- les
coincées qui pensent que Tous les mecs en veulent à leurs minous
- c
elles qui détestent le sport
- cel
les qui sont amoureuses d'un mec en secret ou déjà pris.
- celles qui
ont peur de hommes
- celles qui s
e trouveront toujours Trop grosse.... même à 40kg
- les mamans de 20 ans qui ont déjà 2 filles de 2 pères différent et qui en cherchent un 3eme...
- cell
es qui deviennent la copie conforme du mec
- celles
qui baisent comme une star du porno pour se faire passer pour un bon coup
- celles qu
i sont amoureuses d'un ex ou d'un copain
- celles qu
i parlent de relation sérieuse car elles sont désespérées
- Les rêve
uses qui ne font plus rien a part attendre l'homme idéal
- Les reines
de la Tournante entre amis : lui c'est mon ex, lui aussi lui aussi... génération facebook
- les éterne
lles insatisfaites qui rêvent du bachelord sur meetic
- les dépendant
es de la clope, shooping, alcool, baize d'un soir et du Night club
-
celles qui s'habillent comme des Star du X et qui se demandent pk elles n'attirent que des morts de faim
- les filles q
ui disent n'etre jamais tombé amoureuse... ça veut tout dire
- celles qui n'arrivent pas à jouir qui disent s'éclater au lit quand même avec leurs nombreux partenaires
- le
s nymphomanes qui se donnent dès le 1er rdv corps et âmes
- les viei
lles avant l'age habillées comme maman
- celles qui
n'agissent qu'avec le consentement du Chef de Bande
- Les Accro de
la Retouche : Tuning (fringues, salle de sport, esthétique, chirurgie)
- les vieilles
qui cherchent des gigolos (trouvable dans les boites de salsa ou internet)
- les accro
de la drague du Net
- j'ai rien c
ontre les Ghotics et les grunges mais elles en tiennent une couche elles aussi....
- L
es Bi-sexuelles suivant l'humeur ou les moyens d'arriver à leurs fins

Voilà Les nanas nous collent des étiquettes alors voilà les Votre !
Avec Tous les morts de faims et autres dragueurs... les femmes serait bêtes de penser monogamie. Le Vrai problème des filles c'est qu'elles n'ont aucun discernement sur les hommes, toujours portées sur les apparences, peuvent se convaincre qu'il n'y a rien de mal à coucher un soir avec un ex ou un copain, mettent la faute sur les hommes et se vantent d'avoir les meilleures valeurs morales....

Tags : célibataire - les femmes