2 tagged articles françois hollande

Goukinou² 18/07/2003

 
Goukinou²
Rien ne sert d'envier & copier la vie des autres, éclatez-vous dans la votre !
Goukinou²

Le 8 ème sens 05/10/2004

l'intuition

L'intuition, l'arme fatale de l'intelligence
C'est le fameux sixième sens, la capacité d'agir de façon immédiate et sans se tromper, une fonction extraordinaire de notre cerveau.

Quand l'homme ne savait ni lire ni écrire et se trouvait loin de se douter qu'il y parviendrait un jour, il possédait déjà un sens intuitif remarquable. L'intuition, telle que nous la connaissons aujourd'hui, n'est rien d'autre qu'une réminiscence des temps préhistoriques lorsque, pour survivre dans un monde hostile, il fallait savoir improviser face au danger sans forcément prendre le temps d'analyser la situation.

L'intuition est un outil essentiel de l'intelligence car son fonctionnement est proprement unique : à la seconde où vous êtes confronté à une situation inédite ou décalée, votre cerveau intègre simultanément toutes les données issues de la réflexion, toutes celles recueillies par les cinq sens, ainsi que toutes les expériences déjà vécues. Le résultat de l'inter-connection de toutes ces informations produit une sensation irrationnelle mais qui peut nous tirer d'un mauvais pas ou nous aider à affronter un environnement hostile.

C'est juste avant de s'endormir, ou en se réveillant après une sieste, ou encore en plein milieu d'un rêve, que notre intuition fonctionne de la façon la plus efficace. Point commun de ces différents états, l'attitude contemplative, quand l'hémisphère droit du cerveau prend le contrôle de la pensée. C'est pourquoi de l'intuition à l'intelligence intuitive il n'y a qu'un pas.
Personnellement je fais confiance a mon intuition à 100 %. Car lorsque j'ai refusé de l'écouter j'ai été déçu ou j'me suis rendu compte que c'était de mauvais choix... étrangement je me Force encore aujourd'hui à penser que j'ai tort d'écouter mon intuition, que c'est juste un truc de paranoïaque... Mais tout me Prouve que j'ai réellement Une Chance d'avoir ce don si aiguisé et l'écouter serait la meilleure chose à Faire. ça n'a rien de logique mais ça m'aurait permis d'éviter beaucoup de Problèmes si j'avais voulu y croire plus tôt.
Gouki®
Le 8 ème sens


Sommes-nous en train de devenir de plus en plus bêtes ?
 
La simplicité de la vie moderne nous aurait-elle rendus de moins en moins intelligents ? Selon Gerald Crabtree, un généticien de l'Université de Stanford en Californie, si un Grec ancien d'avant Jésus-Christ se retrouvait parmi nous aujourd'hui, il passerait certainement pour un surdoué. Depuis l'invention de l'agriculture et la hausse de densité de population dans les villes, l'intelligence humaine serait en déclin.

Dans ses deux articles parus hier dans la revue "Trends in Genetics", le scientifique explique que sa théorie se base sur une idée simple. Pour nos ancêtres primitifs, la punition de la stupidité au sein de leur environnement hostile se résumait plus ou moins à la mort. Les premiers êtres humains ont ainsi été confrontés à une pression évolutive énorme, contrairement à ceux de notre époque. "Un chasseur-cueilleur qui n'avait pas trouvé de solution correcte pour fournir de la nourriture ou un foyer à sa famille mourait tout simplement, avec sa progéniture. Tandis qu'un cadre de Wall Street recevrait aujourd'hui, pour la même erreur conceptuelle, un bonus important et serait considéré comme un compagnon attirant. Clairement, la sélection extrême appartient au passé", écrit Crabtree.

Le biologiste estime que notre intelligence est basée sur une combinaison de 2.000 à 5.000 gènes. Chacun d'entre nous porte en lui deux ou trois mutations qui se sont produites au cours des 3.000 dernières années. Selon Crabtree, l'être humain a atteint son apogée intellectuel et émotionnel il y a 2.000 à 6.000 ans, quand il était encore majoritairement non-verbal et devait réfléchir à des moyens de ne pas se faire dévorer.

Mais Gerald Crabtree ne dresse pas un portrait alarmant de la situation. Il pense que les avancées technologiques vont nous permettre de corriger ces mutations génétiques avant que nous ne devenions complètement stupides. D'autres scientifiques, comme le psychologue Thomas Hills, argumentent en faveur de plusieurs sortes d'intelligence qui ont justement pu se développer grâce à la vie moderne.
 
Le 8 ème sens


Le 8 ème sens

Serions-nous de plus en plus stupides ? (le Retour)
 
Depuis l'adoption au XXe siècle des tests de quotient intellectuel comme moyen de mesurer l'intelligence, le QI n'a fait qu'augmenter, mais cette tendance s'inverserait désormais, rapporte mardi le quotidien flamand De Morgen.
 
 
Trois points de plus par décennie en moyenne aux Etats-Unis, jusqu'à sept points de plus par décennie après la Seconde Guerre mondiale au Japon, depuis son introduction, le QI semble avoir toujours suivi une courbe ascendante à travers le monde. Cette évolution a pour la première fois été observée par James Flynn, de l'université d'Otago, précisant que l'intelligence augmentait parce que les gens vivaient plus sainement, adoptaient une meilleure alimentation, recevaient une meilleur éducation et se trouvaient dans des conditions de vie plus stimulantes.

Les premiers signes d'une stagnation ont été décelés dans les années '70. Le QI à travers le monde reculerait depuis d'un point par décennie, selon une étude de l'université d'Hartford. La tendance est confirmée notamment par les tests de QI passés par les jeunes Danois soumis au service militaire. Ce qui était considéré comme un résultat moyen là-bas dans les années '50 ne serait plus suffisant pour entrer dans l'armée danoise aujourd'hui. Cependant, le résultat obtenu en moyenne a reculé d'1,5 point depuis 1998.

Sur base de l'analyse des décisions prises en fonction d'une information visuelle, une aptitude déjà étudiée en 1884, les psychologues Michael Woodley et Jan te Nijenhuis, de la VUB et de l'université d'Amsterdam, ont montré l'an dernier que nous avons régressé de 14 points depuis le XIXe siècle, les temps de réaction étant passés de 194 millisecondes à 275 millisecondes.

Les causes de ce retour en arrière ne font pas l'unanimité. Si certains pointent le fait que l'intelligence aurait atteint un pic et que l'effet se ferait logiquement sentir d'abord dans les pays les plus développés, Woodley a suscité la controverse en avançant que les personnes plus intelligentes avaient généralement moins d'enfants que les moins intelligentes, faisant entrer dans l'équation un facteur génétique non démontré.



Tags : l'Ile des vérités 2 - secret story - qui veut epouser mon fils 2 - Les anges de la téléréalité - dilemme - star academy - Carré Viiip - La ferme célébrités - études - loozer - La France a un Incroyable Talent - x factor - La Nouvelle Star - Hollywood Girls: une nouvelle vie en Californie - plus belle la vie - Top Chef - master chef - Confession intime - Ma vie à la télé - pascal le grand frère - facebook - Un diner presque parfait - C'est grave docteur ? - Une famille en or ! - le juste prix - N'oubliez pas les paroles - Les z'amours - cyprien - norman - orelsan - diam's - Mickaël Vendetta - françois hollande - L'ile de la tentation - Familles d'explorateurs - Les Anges Gardiens - pekin express - Amazing Race - Les Ch'tis à Ibiza - Les Ch'tis font du ski - touche pas à mon poste - belle toute nue - Le bonheur est dans le pré - D&co - y'a que la vérité qui compte - Allo !!! Mais allo kwa !!!

11/06/1981 04/06/2012

11/06/1981

Qu'importe les années on vous jugera uniquement sur ce que vous ressemblez :
 
physiquement, votre coiffure, age, look, façon de s'habiller, votre race ou couleur de peau, vos parents, amis, votre façon de parler, célibataire ou en couple, voiture et maison, vos sorties du week end et lieux de vacances, votre profil facebook, anecdotes qui vous fera passer pour un héros ou pour un con, vos études, votre job ou au chomage, vos addictions drogues, alcool, jeux-video, bouffe, jeux d'argents, aux réseaux sociaux, vos projets, ambitions, échecs ou réussite sociale, votre rapport à l'argent, ce que vous écoutez comme musique, votre religion, vos exs, idées politiques, vos phobies, vos défauts, votre façon d'etre face au danger ou aux conflits, si vous encaissez bien la critique devant ou derrière, si vous ne contrariez pas le chef de bande... Tout ça pour comprendre pour etre bien vu dans cette société ou il n'y a plus que les apparences qui comptent il vaut mieux appartenir à une communauté et bien rentrer dans le moule sous peine d'etre considéré comme un marginal ayant raté sa vie et cela même si vous pensez aller bien et heureux. L'embourgeoisement général pollue l'esprit et les valeurs humaines disparaissent petit à petit pour laisser place au politiquement correct, le prêt à penser, ce qui est normal ou ne l'est pas, ce qui est bien ou mal, l'hypocrisie pour faire croire une tolérance mais une peur viscérale de la différence ou une once de compassion. En bref vive les punks à chien, la nature, les plaisirs simples, le respect, la paix et les rapports humains vraiment désintéresses...
 
11/06/1981

Tout Homme encore en vie après trente ans est un con.
 
11/06/1981
 
Ecouter des Loozers est mauvais pour le cerveau
Être sans cesse confronté à la négativité et aux plaintes incessantes détruirait les neurones
Dans son livre, "Three Simple Steps : A Map to Success in Business and Life", Trevor Blake fait état d'une étude scientifique intéressante. Être exposé à la négativité durant 30 minutes ou plus, en réel ou à la télévision, rend bête. En effet, cela détruirait progressivement les neurones de l'hippocampe. "C'est la partie du cerveau dont nous avons besoin pour résoudre les  problèmes", explique l'auteur au magazine Inc. "Fondamentalement, cela transformerait le cerveau en bouillie."

Mais si la plainte est mauvaise pour le cerveau, la plainte n'est pas un problème. "Il y a une grande différence entre le fait d'être attentif à quelque chose qui va mal et une plainte. Généralement, les gens qui se plaignent ne veulent pas de solution. Ils veulent juste que vous rejoigniez leur indignation. Vous commencez à endommager votre cerveau quand vous entendez des gens qui commencent à dire: "C'est terrible, hein?" Cela endommagera votre cerveau, même si vous écoutez passivement. Et, si vous essayez de changer de comportement, vous deviendrez rapidement une prochaine cible de plainte."

Afin d'éviter une telle situation, l'auteur donne quelques conseils. Tout d'abord, il faut "prendre ses distances". Ensuite, il faut "demander au geignard de poser le problème". Enfin, on peut "sortir les boucliers". Il détaille: "Lorsque vous êtes exposé à une plainte, vous pouvez utiliser des techniques mentales pour bloquer cette destruction. (...) Retirez-vous dans votre endroit imaginaire préféré, un endroit où vous iriez si vous avez une baguette magique ?"
 
11/06/1981
"Voilà la preuve que les jeux de grattage sont truqués"
Ingénieur à la retraite, Robert Riblet mène un combat acharné depuis près de 12 ans contre la Française des jeux, qu'il accuse d'avoir :
"illégalement manipulé la chance" dans ses jeux de grattage.
 
11/06/1981
 
Lundi, devant la 6e chambre civile du tribunal de Nanterre, il développera ses arguments pour, il l'espère, faire condamner l'entreprise publique qui a enregistré l'an passé un chiffre d'affaires record de 12,1 milliards d'euros, dont près de la moitié grâce aux petits bouts de carton Vegas, Black Jack et consorts. Selon lui, la FDJ a "rompu l'égalité entre les joueurs".

Un étrange manège Cet ancien chef d'entreprise autodidacte, âgé de 67 ans, raconte avoir découvert le pot-aux-roses en septembre 2001 dans un bar-tabac de l'Aisne. Alors qu'il prend un apéritif avec des amis, Robert Riblet assiste à un "étrange manège". Au comptoir, un joueur habitué, qui venait d'acheter un carnet entier de tickets, les gratte un par un jusqu'à obtenir le gros lot. Le détaillant range alors le restant du lot et sort un autre livret plein et la situation se répète. Au début, Robert Riblet songe à une martingale, mais l'anecdote attise sa curiosité. Il se lance alors dans une enquête, manière à l'époque "de (s')occuper après le décès de (sa) femme".

Des gains non aléatoires Il lui faudra trois ans, quelque 1.500 détaillants interrogés et 33.000 euros dépensés en jeux de grattage pour pouvoir avancer que la détermination et la répartition des gains n'ont rien d'aléatoire. L'ex-entrepreneur dit avoir découvert que chaque livret de tickets (50 pour un jeu à 3 euros comme le Vegas) est programmé pour comporter un seul lot significatif (de 20 à plusieurs milliers d'euros). Les autres tickets sont perdants ou ont des montants dérisoires.

Dérives Ce système a donné lieu, selon lui, à des dérives, certains buralistes et joueurs augmentant leurs chances de gagner en ne piochant plus dans les livrets ayant déjà fourni le précieux ticket. "C'est un peu comme si, dans une tombola de kermesse, on continuait à vendre des billets alors que le filet garni a déjà été remporté", résume-t-il dans un livre publié en 2008 et coécrit avec le journaliste Gilles Delbos (100% des gagnants ont tenté leur chance, éd. Seuil).

A la base, son objectif n'était pas de se "quereller" avec la FDJ. "Je leur ai d'abord envoyé une lettre pour leur signaler le problème", assure-t-il. Mais la réponse de l'entreprise de loteries, qui le menace de poursuites, va décupler la ténacité de cet ancien enfant de l'Assistance publique. "Du fait de son enfance difficile, il a développé une haine de l'injustice et du mensonge. Les personnes qui jouent aux jeux de grattage sont des petites gens, des smicards, des ouvriers. Il n'a pas supporté l'idée que l'on puisse les tromper. Ça l'a sur-motivé", analyse Gilles Delbos.

Payé pour se taire En 2005, Robert Riblet affirme avoir refusé une proposition de 450.000 euros de la FDJ en échange de son silence. Puis, il dépose l'année suivante une assignation au civile et une plainte au pénal qui débouchera sur une instruction - toujours en cours - avant de faire éclater l'affaire dans les médias. "C'est quelqu'un de pugnace, qui va jusqu'au bout", indique Michel Reb, ancien maire socialiste d'Anizy-le-Château, commune de l'Aisne où Robert Riblet a été élu jusqu'en 2008. "Il a l'acharnement des monomaniaques", souligne quant à lui son ancien avocat, Me Gilbert Collard.

Règlement modifié Depuis, la FDJ, qui n'a pas souhaité s'exprimer, a modifié le règlement de ses jeux de grattage. Elle a également riposté en attaquant en diffamation Robert Riblet, un procès qu'elle a finalement perdu en 2008. Dans le volet pénal de l'affaire, l'entreprise a par ailleurs été placée sous le statut de témoin assisté. Pour Gilles Delbos, l'entreprise a eu "tort de ne pas prendre au sérieux" cet homme "supérieurement intelligent" et qui sait jouer de sa "fausse bonhommie".
L'un de ses actuels avocats, Me Dominique Mathonnet, le compare à Janus: "Il a une face de simplicité qu'il sait mettre en avant" et une autre "qui renvoie à une fêlure intime de l'enfance (...) moteur réel qui le fait avancer."
 
 
 
11/06/1981
Jeune // Vieux ?
Qui n'a pas un jour connu le goût du regret, la saveur de l'acte manqué, l'amertume de l'échec ? Le temps qui passe, ce processus irréversible, alimente inlassablement l'imagination pessimiste de monsieur et madame tout-le-monde. Ces regrets se divisent généralement en trois groupes.

Les erreurs :  Autrement dit, ce que l'on aurait souhaité ne pas avoir fait. Même si à 50 ans, on jette un coup d'oeil dans le rétroviseur avec humour, la liste des "erreurs" est longue et certaines laissent plus de traces que d'autres. Une seule consolation : constater que les plus jeunes reproduisent les mêmes à chaque nouvelle génération...

Les manquements : Autrement dit, ce que l'on aurait souhaité avoir fait. Les risques évoqués à l'époque pour éviter de prendre son courage à deux mains semblent bien dérisoires 20, 30 ou 40 ans plus tard. Ne pas avoir tenté d'approcher la personne de ses rêves, avoir eu peur de l'échec dans un domaine quelconque et s'être rabattu sur une activité plus confortable pour garantir sa réussite... et puis reconstruire sa vie bien plus tard selon d'autres choix effectués, d'autres routes empruntées...
 
Le temps perdu : Le temps perdu ne se rattrape jamais. Les heures passées à gaspiller le temps sont autant de regrets à l'heure du bilan... quand le temps commence justement à manquer. La procrastination, le report au lendemain, la démotivation, répéter le moment agréable plutôt que de se risquer à la découverte et étendre son paysage. Apprendre une langue étrangère, une discipline, visiter une région éloignée du monde, affronter une peur, réaliser un rêve pour ne rien regretter, arreter de vouloir plaire à ses parents...
Car les regrets sont inévitables et une vie réussie consiste à en accumuler le moins possible.


Tags : Loozer - société de merde - françois hollande - jean-luc melenchon